Autres informations et services officiels :

www.belgium.be
Belgium.be

Quelle motorisation pour votre nouvelle voiture ?

cars-img-drive-systems-type.jpg

Le marché des voitures particulières a connu un développement rapide ces dernières années, poussé par la volonté de remplacer les voitures "classiques" à combustion (principalement diesel et essence, mais aussi GPL et gaz naturel) par des modèles électriques. Les modèles hybrides, qui combinent les deux technologies, en constituent la phase transitoire.

cars-dwg-engine-types-fr.jpg

Des voitures 100 % électriques

Sur le plan climatique, les voitures électriques, qui n’émettent pas du tout de CO₂ en roulant, sont sans aucun doute la meilleure alternative, si, bien entendu, l’électricité qui les alimente provient de sources "vertes" (énergies renouvelables comme le soleil, le vent ou la biomasse).

Sur le plan énergétique, les moteurs électriques sont bien plus efficaces : leur rendement dépasse 90 % contre 30 % tout au plus pour les moteurs à combustion (qui perdent le reste en chaleur et en friction).

Stockage de l'énergie dans une batterie

storage/website/cars-img-engine-types-electric2.jpg

Presque toutes les voitures électriques sur le marché aujourd'hui stockent leur énergie dans une batterie, d'où l'abréviation BEV pour "battery electric vehicle" (véhicule électrique à batterie).

De nombreuses acheteuses et acheteurs pourtant intéressé·e·s butent encore contre le prix d'achat plus élevé : à cause des batteries, une voiture électrique coûte actuellement facilement 10 000 euros de plus qu’un modèle équivalent à combustion. Cependant, le prix d’achat n’est pas le seul critère à prendre en compte : pour avoir une vue d’ensemble, c’est le coût total de possession (Total Cost of Ownership ou TCO) qu’il faut considérer, car le prix d’achat plus élevé est compensé par des coûts fixes moins élevés (taxes et assurance), par des coûts de fonctionnement également moins élevés (entretien et meilleur rendement énergétique par kilomètre parcouru) et par une valeur de revente supérieure. Vous y gagnez donc au bout du compte.

Beaucoup s’interrogent également sur l’autonomie des véhicules électriques, autrement dit sur la distance maximale qui peut être parcourue avec une batterie pleinement chargée. Or, la qualité des batteries ne cesse de s’améliorer. Aujourd’hui, de nombreux modèles offrent ainsi une autonomie de 500 km. Ne basez pas vos recherches sur une autonomie maximale, dont vous n’aurez besoin que quelques fois par an pour partir en vacances, mais plutôt sur une autonomie moyenne : vous éviterez ainsi de choisir un véhicule trop lourd, qui consomme inutilement de l’énergie. Pour parcourir de grandes distances, vous aurez de toute manière besoin de planifier vos itinéraires en fonction des possibilités de recharge. L’arrivée de nouvelles stations et de systèmes de recharge plus rapides dans le futur résoudra en grande partie ce problème.

Sur le plan environnemental, les voitures électriques n’émettent aucune pollution atmosphérique et sont beaucoup plus silencieuses : elles participent donc à l’amélioration de la qualité de vie en ville. Contrairement à ce que d’aucuns prétendent, de nombreuses études confirment que sur l’ensemble de son cycle de vie (production, fonctionnement et recyclage), une voiture électrique émet 55 % de gaz à effet de serre en moins qu’une voiture à essence sans plomb et 40 % en moins qu’une diesel. Ces pourcentages s'appliquent à l'ensemble de l'Union européenne, même s’ils varient d'un pays à l'autre en fonction du mix énergétique (la répartition des différences sources énergétiques). Dans les pays où l'électricité est produite en grande partie à partir du charbon, comme la Pologne, le bilan reste malgré tout positif, quoique naturellement moins marqué.

 

Stockage de l'énergie dans l'hydrogène

Certains modèles sur le marché utilisent une pile à combustible qui fonctionne à l'hydrogène, d'où l'abréviation FCEV pour Fuel Cell Electrical Vehicle (véhicule électrique à pile à combustible). L'hydrogène est produit par électrolyse, un processus qui décompose l'eau en hydrogène et en oxygène grâce à un courant électrique. L'hydrogène gazeux est ensuite comprimé pour le rendre liquide. L'énergie de l'électricité est donc stockée dans l'hydrogène, qui est de nouveau libéré dans la pile à combustible de la voiture pour alimenter le moteur électrique (l’hydrogène combiné à l’oxygène reforme de l’eau). L'hydrogène n'est donc pas un combustible, mais un vecteur d'énergie.

L'ensemble du processus de production, de stockage et de fonctionnement de la pile à combustible n’a qu’un rendement énergétique d'environ 40 %. La phase de production consommant beaucoup d'électricité, il est important de recourir à électricité verte (et de préférence aux moments où il y a des excédents de production). On parle alors d'hydrogène "vert". Si l'hydrogène est produit à partir de méthane (CH₄), le processus libère du CO₂. On parle alors d'hydrogène "gris". Si, dans ce même processus, ce CO₂ est récupéré et stocké, on parle d’hydrogène "bleu". 

Le marché belge ne propose actuellement que quelques modèles fonctionnant à l’hydrogène et seulement quelques stations de recharge.

Hybride wagens

storage/website/cars-img-engine-types-hybrid2.jpg

Une voiture hybride est une technologie intermédiaire qui combine un moteur à combustion avec un moteur électrique. Ce dernier propulse la voiture à faible vitesse, ce qui réduit la consommation de carburant et les émissions de CO₂.

  • Dans les véhicules hybrides autorechargeables (HEV pour Hybrid Electric Vehicle ou véhicule hybride électrique), la batterie ne se recharge que lors du freinage ou de la décélération. On distingue les modèles "semi-hybrides", dans lesquels le moteur électrique ne fait qu'"assister" (sans propulser entièrement le véhicule), et les modèles "100 % hybrides", qui peuvent fonctionner entièrement à l'électricité.
  • Les véhicules hybrides rechargeables (PHEV = Plug-in Hybrid Electric Vehicle), en plus d’être autorechargeables, peuvent être rechargés à partir d'une prise électrique. Ces types d’hybrides ont une plus grande autonomie électrique, en général de 50 à 100 km, ce qui est suffisant dans la majorité des trajets. 

Les voitures hybrides présentent quelques inconvénients : comme elles possèdent deux systèmes de propulsion différents, elles sont plus lourdes et nécessitent plus d’énergie pour leur production, ce qui augmente leur prix. Ce surcoût ne devient rentable que si le véhicule est utilisé principalement en milieu urbain et pour de courts trajets, comme le trajet domicile-travail, car pour les trajets plus longs et les vitesses plus élevées, c’est le moteur à combustion qui prend le relais.

Il faut considérer les véhicules hybrides comme une solution de transition avant le remplacement complet du parc automobile par des voitures entièrement électriques vraisemblablement d’ici à 2035.

Véhicules à combustion 

storage/website/cars-img-engine-types-petrol2.jpg

Les véhicules à combustion (ou thermiques), appelés aussi véhicules à moteur à combustion interne (Internal Combustion Engine ou ICE), brûlent des combustibles fossiles (essence, diesel, GPL ou GNC). Le GPL et le gaz naturel ont une combustion plus propre (et émettent donc moins de pollution atmosphérique) que l'essence et le diesel. Les moteurs diesel sont plus efficaces que les moteurs à essence et émettent donc moins de CO₂, mais sont en revanche une source importante de particules. C’est pourquoi ils sont les premiers à être interdits dans les "zones de faibles émissions" (LEZ), qui ont fait leur apparition dans plusieurs grandes villes (Bruxelles, Anvers, Gand).

L'étiquette européenne de consommation de carburant et d’émission de CO₂

L'étiquette européenne de consommation de carburant et d’émission de CO₂ est obligatoire en Europe depuis de nombreuses années. Cette étiquette est, dans son principe, identique à l’étiquette énergétique des appareils électroménagers.

storage/website/cars-img-co-2-label-wltp-fr.png

L’échelle indique également la valeur moyenne des émissions de tous les modèles sur le marché (139 g/km au moment du lancement de l’étiquette). Pour les véhicules 100 % électriques, la flèche se trouve sous la première case (pas d’émission).

Les valeurs indiquées proviennent des chiffres officiels (homologués) fournis par les constructeurs (selon la nouvelle norme de mesure européenne WLTP). Les données réelles d’émission et de consommation peuvent donc, dans la pratique, être plus élevées selon le style de conduite personnel ou la nature du trajet parcouru.

Au moment de faire votre choix, n'oubliez pas qu'une voiture économe en carburant consomme moins de carburant et émet moins de CO₂, ce qui réduit les frais fixes (taxes, assurances, etc.) pendant toute la durée de vie du véhicule.

Suppression totale des moteurs à combustion d'ici à 2035 ?

À l'heure actuelle, les véhicules thermiques dominent encore largement le marché, même si les hybrides et les 100 % électriques (à batterie) gagnent rapidement du terrain, surtout au sein des voitures de société. Cette transition est nécessaire, car l’Union européenne ambitionne d’être neutre sur le plan climatique d’ici à 2050. Dans son paquet "Ajustement à l'objectif 55" (Fit for 55), la Commission européenne stipule qu’il faut réduire les émissions des voitures neuves de 55 % d’ici à 2030 et ne plus émettre de CO₂ à partir de 2035.

 

Plus d'informations

Logo

Le site fédéral belge pour réduire vos émissions de CO2

EnergyWatchers est un site qui, à travers de nombreux conseils pratiques et des modules de calcul, vous fournira une foule d’informations pour réduire votre consommation énergétique et vos émissions de CO₂. Celles et ceux qui veulent relever des défis pourront même gagner des badges et les partager avec leurs ami·e·s ou leur famille.