Autres informations et services officiels :

www.belgium.be
Belgium.be
EnergyWatchers logo

Le site fédéral belge pour réduire votre consommation d'énergie et vos émissions de CO2

Quel matériau choisir pour isoler son toit ?

© Shutterstock/C12

En fonction des matières premières à partir desquelles ils sont fabriqués, les matériaux d’isolation peuvent être divisés en trois groupes :

 

1. matériaux organiques

Ces matériaux sont les plus respectueux de l’environnement : issus de l’agriculture et de la sylviculture, ils sont en principe totalement recyclables ou compostables et ne demandent que peu d’énergie pour être produits. Les deux seuls points négatifs qu’on peut leur trouver sont l’utilisation éventuelle d’engrais ou de pesticides lors de leur production, et l’ajout éventuel de composés synthétiques pour lier les fibres et obtenir des propriétés ignifuges et fongicides. Le chanvre et le lin poussent très bien, même sur des sols pauvres, sans engrais ni pesticides. Ils sont disponibles sous forme de flocons ou de fibres en vrac (cellulose, laine de mouton ou de lin) ou de panneaux (cellulose et liège).

  application

λ*
en W/(m·K)

avantages inconvénients

cellulose

  • toit en pente (face intérieure)
  • plancher du grenier

0,035-0,055 / 0,060

  • fabrication à partir de papier recyclé
  • bonne isolation acoustique
  • matériau le plus respectueux de l’environnement (avec la laine de mouton)
  • poussière lors du placement 

fibre de bois

  • toit plat (toiture "chaude")
  • toit en pente (face intérieure)
  • plancher du grenier
- / 0,060
  • bonne isolation acoustique
  • capacité d’accumulation thermique

poussière lors du placement

liège expansé

  • toit plat (toiture "chaude")
  • toit en pente (face intérieure)
  • plancher du grenier
- / 0,050

  • résistance à la pression et à la déformation
  • résistance au feu et aux moisissures
  • résistance à l’humidité
  • bonne isolation acoustique
 

laine de mouton

  • toit en pente (face intérieure)
  • plancher du grenier
- / 0,060
  • matériau le plus respectueux de l’environnement (avec la cellulose)
  • très haute résistance au feu
  • régulation de l’humidité
  • bonne isolation acoustique
  • libération de fines fibres lors de l’installation

lin

  • toit en pente (face intérieure)
  • plancher du grenier
- / 0,060
  • résistance au feu et aux moisissures 
  • régulation de l’humidité
  • pas d’irritation (peau, yeux, voies respiratoires) pendant la pose
  • bonne isolation acoustique
 

chanvre

  • toit en pente (face intérieure) 
- / 0,060
  • régulation de l’humidité
  • résistance au feu et aux moisissures 
  • bonne isolation acoustique
  • utilisation impropre aux endroits (très) humides

*Les panneaux de cellulose fabriqués en usine sont les seuls matériaux à obtenir une valeur lambda spécifique. Les autres matériaux n’en ont pas, d’où le tiret à gauche de la barre oblique. Dans les autres cas où le matériau est appliqué sur place (projection de fibres par exemple), la valeur lambda est forcément plus élevée, ce qui est indiquée à droite de la barre oblique.

 

2. matériaux minéraux

La matière première des matériaux d’isolation minéraux est toujours une roche (basalte, perlite, vermiculite, etc.) ou du verre. Leur production exige généralement des températures élevées et donc beaucoup d’énergie. Les matériaux d’isolation peuvent prendre des formes variées : rouleaux souples (laine de verre), panneaux rigides (laine de roche) ou panneaux très solides et résistants à la pression (verre cellulaire).

  application

λ**
en W/(m·K)

avantages inconvénients

laine minérale
(laine de roche / laine de verre)

 

  • toit plat (toiture "chaude")
  • toit en pente (face intérieure)
  • plancher du grenier

0,031-0,044 / 0,050

  • respect de l’environnement (70 % de verre recyclé pour la laine de verre)
  • installation facile
  • ininflammabilité
  • bonne isolation acoustique 
  • prix relativement bas
  • forte consommation d’énergie lors de la production (surtout pour la laine de roche)
  • irritation (peau, yeux, voies respiratoires) pendant la pose (dégagement de fibres prurigineuses)

verre cellulaire


  • toit plat
  • toit en pente (technique du "sarking")
0,038-0,050 /  0,055
  • indéformabilité, très bonne résistance à la pression
  • étanchéité à l’eau et à la vapeur d’eau
  • ininflammabilité
  • très longue durée de vie
  • poids (environ 120 kg/m³)
  • forte consommation d’énergie lors de la production
  • coûteux
perlite ou
vermiculite expansées
  • toit plat
  • toit en pente
0,052-0,055 / 0,060

  • ininflammabilité
  • très longue durée de vie
  • poids (environ 180 kg/m³)
  • coût élevé

** La valeur lambda indiquée avant la barre oblique se rapporte aux matériaux fabriqués en usine dont les spécifications de fabrication peuvent être vérifiées. Les autres applications se voient attribuer, d’après la norme, une valeur lambda plus élevée, indiquée après la barre oblique.

 

3. mousses synthétiques

Produits dérivés du pétrole, les mousses synthétiques sont transformées en panneaux assez rigides qui ont un meilleur pouvoir isolant que la laine minérale mais sont moins faciles à manipuler. Ils peuvent également être utilisés en vrac (billes EPS) ou injectés sous forme de mousse (PUR, PIR, mousse résolique). Leurs propriétés d’isolation sont très bonnes, mais leur production est généralement polluante en raison de l'utilisation de gaz d'expansion.

  application

λ***
en W/(m·K)

avantages inconvénients
polystyrène expansé (EPS) ou styromousse
  • toit plat (toiture "chaude")
  • toit en pente (face intérieure, technique du "sarking" et panneaux autoportants préfabriqués)
  • plancher du grenier

0,031-0,045 / 0,050

  • respect relatif de l’environnement (utilisation réduite de matériaux et faibles émissions pendant le processus de fabrication)
  • facilité d’utilisation
  • facilité de réutilisation
  • meilleur marché que les autres mousses
  • sensibilité aux températures élevées (ne convient pas aux toits plats)
  • procédé de fabrication nocif pour la santé
polystyrène extrudé (XPS)
  • toit plat inversé
  • toit en pente (face intérieure et technique du "sarking")
0,028-0,038 / 0,045****
  • meilleure capacité d’isolation que l’EPS
  • faible coefficient d’absorption d’eau (meilleur que l’EPS et le PUR)
  • résistance à la pression
  • coût plus élevé
  • inflammabilité
  • procédé de fabrication nocif pour la santé

polyuréthane (PUR) ou polyisocyanurate (PIR)

  • toit plat (toiture "chaude")
  • toit en pente (face intérieure, technique du "sarking" et panneaux autoportants préfabriqués) 
  • plancher du grenier

0,023-0,029 / 0,035

 

  • très bon degré d’isolation
  • très bonne résistance à la pression (panneaux)
  • inflammabilité et dégagement de fumée (PIR un peu meilleur que PUR)
  • recyclage difficile
  • non-respect de l’environnement

fenolschuim

  • toit plat (toiture "chaudes")
  • plancher du grenier

0,022-0,038 / 0,045

  • très bonne résistance au feu
  • sensible à l’humidité pendant le stockage et lors de l’installation

***La valeur lambda indiquée avant la barre oblique se rapporte aux matériaux fabriqués en usine (panneaux finis par exemple) dont les spécifications de fabrication peuvent être vérifiées. Dans les autres cas où le matériau est appliqué sur place (billes, mousse), la valeur lambda est forcément plus élevée, ce qui est indiquée à droite de la barre oblique.

****Lors de l’utilisation de polystyrène extrudé (XPS) pour isoler un toit plat inversé, cette valeur doit être adaptée : l’eau de pluie peut en effet s’infiltrer entre le plancher du toit et la couche isolante, et influencer de manière négative le degré d’isolation.

Logo

Le site fédéral belge pour réduire vos émissions de CO2

EnergyWatchers est un site qui, à travers de nombreux conseils pratiques et des modules de calcul, vous fournira une foule d’informations pour réduire votre consommation énergétique et vos émissions de CO₂. Celles et ceux qui veulent relever des défis pourront même gagner des badges et les partager avec leurs ami·e·s ou leur famille.