Autres informations et services officiels :

www.belgium.be
Belgium.be
EnergyWatchers logo

Le site fédéral belge pour réduire votre consommation d'énergie et vos émissions de CO2

Par où isoler vos murs extérieurs ?

wall-img-methods-outside.jpg

Chaque méthode d’isolation (par l’extérieur, par l'intérieur ou dans l’espace vide) présente des avantages et des inconvénients :

 

du côté extérieur

dans le mur creux

du côté extérieur

avantages
  • D’un point de vue technique, il s’agit de la méthode la plus performante, dans la mesure où tout le bâti est "emballé" par l’isolant et qu’il devient moins sensible à l’humidité ou aux variations de température.
  • En principe, cette méthode d’isolation ne présente aucune limitation d’épaisseur.
  • Les murs extérieurs conservent leur capacité à emmagasiner la chaleur. 
  • Il n’y a pas d’altération des volumes intérieurs.
  • Cette méthode ne requiert aucune modification des installations d’eau, d’électricité ou de chauffage.
  • Peu de nuisances pour les résident·e·s
  • Méthode relativement simple : le matériau isolant est insufflé ou injecté sous pression par des trous pratiqués dans les joints de la maçonnerie.
  • Rapidité d’exécution (+/- 1 journée)
  • Peu de nuisances pour les résident·e·s
  • Relativement bon marché
  • Pas de perte d’espace
  • La façade reste identique (pas de permis d’urbanisme nécessaire) 
  • Aucune modification à apporter aux installations d’eau, d’électricité ou de chauffage 
  • il existe une norme de qualité (STS 71-1) qui garantit l’exécution correcte des travaux. L’entreprise qui réalise les travaux peut alors fournir une déclaration de conformité.
  • Facilité (pas besoin d’échafaudage) 
  • Aucun permis de construire n'est requis
  • En principe, pas de l’imitation d’épaisseur de la couche d’isolation. 
inconvénients
  • L’apparence et l’alignement de la façade sont modifiés. Un permis d’urbanisme est nécessaire. (*)
  • L’isolation doit être réalisée très soigneusement afin de garantir l’étanchéité à l’air (efficacité de l’isolation) 
  • Coût élevé, car nécessite :
    • un échafaudage (le plus souvent) ;
    • un revêtement supplémentaire pour protéger le matériau isolant des intempéries ;
    • une modification des appuis de fenêtres et des corniches en fonction de la nouvelle épaisseur du mur.
  • Technique plus difficile pour un ou une non-professionnel·le (à cause des échafaudages).
  • Apparition éventuelle de ponts thermiques au niveau du raccordement au sol, de la toiture et des menuiseries extérieures.
  • L’épaisseur  de la couche d’isolation est limitée par la largeur de l’espace disponible dans le mur creux. Si vous souhaitez isoler votre habitation selon les normes des bâtiments neufs, vous devrez sans doute appliquer une couche d’isolation supplémentaire (à l’intérieur ou à l’extérieur).
  • L’introduction a posteriori d’un l’isolant, que ce soit par soufflage ou par injection, peut s’avérer difficile si l’on veut obtenir une densité suffisante et homogène.
  • Le mur extérieur bénéficie moins de la chaleur intérieure. Il est donc plus sujet aux variations de température (risque de fissuration) et plus sensible aux dommages causés par le gel.
  • Cette méthode n’est pas réalisable si la façade a reçu un traitement anti-vapeur (certaines peintures, briques émaillées ou tuiles en terre cuite) empêchant l’humidité de s’évaporer du mur creux  
  • Technique réservée aux professionel·le·s (équipement pour l’injection ou le soufflage)
  • Perte d’espace 
  • Diminution de la capacité des murs d’emmagasiner la chaleur 
  • Risque accru de ponts thermiques (et de formation de condensation et de moisissures) au niveau des murs intérieurs et des raccords mur-sol et mur-toit.
  • L’étanchéité complète à l’air et à la vapeur est difficilement réalisable.
  • Modifications probables des appuis de fenêtres et des installations d’eau, d’électricité et de chauffage.
  • Le mur intérieur bénéficie moins de la chaleur intérieure. Il est donc plus sujet aux variations de température (risque de fissuration) et plus sensible aux dommages causés par le gel.

(*)  Si une maison donne directement sur un trottoir, certaines restrictions peuvent s’appliquer. La Région flamande a promulgué un règlement qui autorise l'isolation des façades à dépasser de 14 cm la ligne de construction (le devant de la façade). Au niveau communal, cet écart par rapport à la ligne de construction peut toutefois varier. Certaines communes exigent ainsi une largeur de trottoirs minimale, qui ne peut plus être garantie si la ligne de construction est dépassée de 14 cm. Les services de votre commune pourront vous expliquer quelles sont les exigences applicables. Pour les routes régionales, vous avez seulement besoin d’un permis de construire (qui ne peut être refusé au titre de ces 14 cm), mais plus d’une autorisation de l’organisme gestionnaire de la voirie. 

Logo

Le site fédéral belge pour réduire vos émissions de CO2

EnergyWatchers est un site qui, à travers de nombreux conseils pratiques et des modules de calcul, vous fournira une foule d’informations pour réduire votre consommation énergétique et vos émissions de CO₂. Celles et ceux qui veulent relever des défis pourront même gagner des badges et les partager avec leurs ami·e·s ou leur famille.